Article | Le voyage chamanique
Article | Le voyage chamanique

Utiliser le tambour

Le voyage chamanique se fait dans un état de conscience différent de notre état d’esprit ordinaire, qui partage des similarités avec l’état de rêve ou d’hypnose. Dans l’enseignement que je partage, l’état de conscience chamanique (ECC) est amené par le rythme du tambour. Celui-ci génère des ondes thêta dans le cerveau, propices aux expériences oniriques et visionnaires.

Pour entrer efficacement en ECC, battez le tambour chamanique de manière régulière et monotone, à un rythme d’environ 4 battement par seconde. Si vous n’avez pas de tambour, vous pouvez bien sûr utiliser un enregistrement (comme ceux de Sandra Ingerman), à écouter si possible avec un casque audio de qualité. Le port d’un masque de nuit ou d’un foulard pour les yeux est vivement recommandé. Dans cet état de conscience, les perceptions sensorielles, émotionnelles et intuitives sont accrues, permettant de vivre une expérience intérieure profonde.

Chamane sibérien dansant avec son tambour

Préparation au voyage

Pour commencer, il s’agit de vous sentir serein et mentalement disponible, la fatigue et l’anxiété ne facilitant pas l’expérience. Il existe de nombreuses possibilités pour faire la transition entre l’état de conscience ordinaire et le voyage chamanique. Chez vous, il est propice d’allumer une bougie dans la pénombre et de faire brûler un peu d’encens (par exemple, de la sauge blanche ou du palo santo). Pour faciliter la transition, certaines personnes auront besoin de battre le tambour pendant 5 à 10 minutes avant de débuter le voyage. Pour approfondir l’ECC, il est possible d’accompagner ce temps d’un petit rituel : chant spontané, danse, respiration profonde, salutation aux directions, appel des esprits alliés, etc. Faites ce qui vous plaît !

Bâtonnets de sauge blanche

Avant de débuter le voyage, posez une intention. Cette étape est la plus importante, tout travail chamanique étant fondé sur la clarté de l’intention. Cela peut être une question ouverte, un thème à explorer, une demande… tout est possible ! Soyez certain d’avoir clairement formulé votre intention avant de commencer.

Partir en voyage

Pour citer un de mes enseignants, Laurent Huguelit : « Le voyage chamanique se fait sur le même support que l’imagination, mais ce n’est pas de l’imagination. » Cette dernière permet cependant d’amorcer l’expérience. Commencez par vous imaginer dans un lieu, un point de départ – par exemple, un coin de nature que vous appréciez. Ensuite, si vous connaissez votre animal de pouvoir ou autre esprit allié, demandez-lui de se présenter. C’est le moment de lui transmettre votre intention pour le voyage. Si vous ne connaissez aucun de vos alliés chamaniques/spirituels, je recommande de participer à un stage ou atelier qui vous permettra de faire cette rencontre par vous-même.

Ensuite… laissez-vous guider ! Il vous emmènera peut-être dans le Monde d’en bas, celui d’en haut, ou autre part selon votre intention (voir l’article sur le sujet). Le voyage chamanique est riche en perceptions : des intuitions, des pensées, des images, des sensations corporelles, des émotions, etc. Il s’agit d’être réceptif à tout ce qui se présente. Et en même temps, c’est une expérience active : c’est vous qui voyagez. Vous pouvez communiquer avec votre esprit allié, vous aventurer, poser de nouvelles intentions. Si le voyage ne progresse pas, relancez-le à l’aide de votre imagination. Parfois, on ressent le besoin de chanter, de bouger. Durant le voyage, la conscience oscille fréquemment entre le corps et l’esprit, et chaque personne vit une expérience unique qui correspond à sa propre manière de percevoir.

Durant le voyage, il est recommandé de ne rien analyser et d’observer simplement ce qui émerge à la conscience. Garder la phase d’interprétation pour après le voyage permet de canaliser l’information plus clairement. Toute expérience est bonne à prendre, même dans le cas où le mental est très actif. Il y a toujours un apprentissage pour celui qui sait le voir, le contenu de nos pensées pouvant être un bon indicateur de notre état psychique.

Rentrer du voyage

Le but du voyage chamanique n’est pas de s’évader dans d’autres mondes, mais bien d’améliorer son existence terrestre. Il est nécessaire de bien marquer le retour du voyage. Avec le tambour, cela se fait typiquement avec un changement de rythme : quatre séries de sept coups viennent signaler le retour, suivis d’une minute de battements très rapides qui permettent à la conscience de retrouver sa fréquence ordinaire. On effectue généralement le retour quand on estime avoir reçu suffisamment de guidance et de réponses à notre intention.

Une fois de retour, prenez le temps d’émerger et surtout, prenez note de ce qui s’est passé durant votre voyage. Il est recommandé d’avoir un carnet dans lequel tous les voyages sont compilés. Cela vous permettra de vous les remémorer afin d’être capable de les intégrer. Un voyage sans intégration est comme une parole sans acte : il perd sa force et sombre rapidement dans l’oubli.

Au-delà de ces conseils, je vous invite avant tout à vivre votre propre expérience et à faire de nombreux voyages afin de ressentir la profondeur de cette pratique. Afin de rester bien ancré, il est bon de l’équilibrer avec une activité physique régulière. Les autres mondes sont remplis de merveilleuses ressources pour notre âme. N’oublions cependant pas que nous sommes des êtres humains et que notre vie est ici, sur Terre ! À bon entendeur…

© Jimmy Guye
Mis à jour en Décembre 2020